Samedi 11 août 2012 6 11 /08 /Août /2012 16:34

Marc m'avait contacté sur un réseau téléphonique gay de dialogue direct. Son message assez explicite "mec passif cherche actif dominateur pour initiation" m'avait excité pas mal. Rendez-vous est pris à son domicile. J'arrive chez lui, il m'accueille et me fait visiter rapidement la demeure. Je remarque qu'il possède une salle de musculation avec un magnifique banc d'entrainement. Vous n'imaginez pas les positions qu'on peut faire prendre sur un tel outil! Mon imagination allait bon train. Marc n'était pas un mec super beau, mais tout à fait acceptable.

D'abord, je le saisis par les hanches et lui fais faire un demi-tour en lui intimant l'ordre de se placer face au mur, les mains en l'air, les jambes écartées pour que je procède à une fouille au corps style flic. Après de longues palpations tout au long du corps, je lui retire sa chemisette. Je commence à lui triturer les tétons mais ils sont petits et difficiles à attraper. Je décide de voir plus bas si je que je préssentais au travers du jeans était confirmé. Je fais sauter les quatre boutons de la braguette et descends le froc sur les talons. Un mini-slip blanc, contrastant sur sa peau caramel, apparaît brusquement. Je ne prends pas le temps de le retirer, d'un geste bref, je déchire la chose et la pose sur le nez de Marc qui ne bouge pas.

J'admire maintenant ce magnifique cul cambré: les fesses blanches font un choc au milieu du reste du corps bronzé. Pas de poils à l'horizon, la raie du cul se dessine comme une vallée profonde aux contours légèrement humides. J'explore l'endroit et en apprécie l'élégance. Je sais déjà que plus tard dans la soirée je ne vais pas m'ennuyer dans ce lieu.

Délicatement pour ne pas éveiller l'attention de Marc, je prends dans ma malette posée sur le lit, mon martinet favori. Un coup sec appliqué sur le bas des reins, là où la cambrure du cul est naissante, provoque illico une réaction de surprise de mon puceau qui se dresse tel le cheval de Ferrari. Une trainée rougeâtre se dessine sur ce bas de dos et lui donne un air de fête. Je donne l'ordre à Marc de reprendre sa position et une volée de coups délicatement administrés, cinglants juste ce qu'il faut l'épiderme de mon partenaire pleuvent sur ce cul vierge. Maintenant, les fesses sont d'un rouge pâle qui donne envie de les croquer, ce que je fais. Suit une série de caresses pour détendre les muscles et faire souffler mon mec.

Fatigué de donner cette fessée, je décide d'installer Marc sur le banc de muscu, dans une position difficile à décrire. Je passe donc sur cela. Mais, je l'attache sérieusement pour qu'il ne puisse pas bouger d'un millimètre. Je serre une corde sous ses tétons, ce qui à pour effet de les faire gonfler. Ainsi, je peux les travailler comme il faut pour finir pas lui poser deux superbes pinces. Marc gémit, il se mordille les lèvres et je vois sa bite gonfler comme un ballon de foire. Je profite de l'occasion pour lui ligaturer la queue qui augmente encore de volume; il râle un peu mais prend son panard. Je continue mon ficelage par celui des couilles en laissant dépasser la corde de 15cm et j'y attache un poid de 500g pour mettre les burnes en extension; la queue toujours gonflée baisse la gueule sous le poids de la traction. Marc commence à se plaindre, je lui rappelle qu'il veut un dépucelage SM et qu'il l'aura, un point c'est tout. Pour qu'il me foute la paix, je lui pose un baillon; maintenant il grogne.

Je sors mon outillage de torture, un fer à friser des années 30 que je chauffe avec un petit chalumeau portatif en expliquant calmement à mon petit homme que je vais lui faire la bite en bigoudi et le marquer sur les fesses pour le punir de ses penchants pervers. Je lui dis que je n'aime pas les mecs comme lui et que mon boulot c'est de les rendre impuissants. Tout en parlant j'approche le fer rouge de sa queue, bien qu'attaché il tremble de tous ses petits muscles. Il transpire comme une bête. Je desserre les liens de la queue en lui disant que c'est pour qu'elle frise mieux et je reprends la chauffe en approchant de sa bite de plus en plus. Maintenant il perçoit bien la chaleur qui se dégage du fer rouge. D'un coup, ce que j'attendais se produit, mon Marc se met à pisser (pas dans son froc puisqu'il est à poil). J'ai juste le temps d'attraper le petit bocal qui se trouve dans ma boîte à outils car j'ai l'habitude, et je recueille sa pisse.

Je porte alors mon fer dans la salle de bains pour qu'il refroidisse et reviens vers mon bonhomme qui a compris que ce n'était qu'un jeu, je vois à sa mine qu'il est soulagé et qu'il a vraiment flippé, alors pour le récompenser je prends sa queue dans ma bouche et lui taille une superbe pipe, en moins de temps qu'il ne faut pour le dire mon Marc bande comme un petit âne. Je caresse la base de sa queue et je devine que l'éjaculation est proche. En effet, un jet d'une puissance incroyable vient s'écraser sur le mur d'en face. Je libère mon petit cul et lui dit de se reposer un peu. Il me dit qu'il ne s'attendait pas à un truc pareil et que j'avais eu raison de ne rien lui dire avant car il aurait refusé alors que c'est "super" dit-il!

Je lui fait remarquer que moi je n'ai pas déchargé, et lui demande de se mettre en position. Il me dit être épuisé alors je lui propose une baise classique pour me vider les couilles. Il m'offre sa croupe et je travaille sa rondelle d'un rose bombon quelques coups de langue pour la dilater un peu, une capotte et quelques coups de reins plus tard je décharge comme une bête dans ce cul chaud.

Nous nous couchons l'un contre l'autre et dans cette étreinte finale nous nous endormons pour une sieste salvatrice

Par masterluc65 - Publié dans : Histoires - Communauté : domination
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

Catégories

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés