Mardi 11 décembre 2012 2 11 /12 /Déc /2012 06:02

Je m’appelle Bruno, j’ai 17 ans. Je ne suis pas très grand et pour compenser, je fais de la natation pour essayer d’avoir un beau corps et me rapprocher des beaux mecs grands et musclés qui me plaisent tant. Je suis très peu poilu, juste aux aisselles et au dessus du sexe. Je me coupe les cheveux assez courts à cause de la piscine.

J’ai des yeux d’un bleu profond et quand je sens qu’un mec me regarde avec intérêt, je les utilise pour l’accrocher...

J’ai passé beaucoup de temps à explorer ma sexualité cette année... et mes résultats s’en sont ressentis. Aussi j’ai décidé le mois dernier de prendre des cours particuliers. D’accord, le fait que ce soit avec un copain de ma sœur sur lequel je fantasme depuis quelques années n’y est pas étranger non plus. Alex est beaucoup plus grand que moi, blond, la belle gueule d’un ange avec des yeux vert vert. Il a les cheveux très longs ondulés et autant je suis mince, autant il est musclé et athlétique. Pourtant il est étudiant en école d’ingénieur, un as des maths quoi, mais aussi un passionné de sports de glisse.

Seulement voilà, j’ai un peu de mal à me concentrer quand je le retrouve le mercredi soir dans sa piaule sur le campus. En ce moment, c’est le printemps tardif et il fait déjà chaud. J’aime bien mettre des tshirts sans manches, ça me fait croire que ça met en valeur mes épaules... Alex lui est toujours en baggy ou en short de surf. Il met soit des tshirts moulants, soit des chemisettes toujours ouvertes jusqu’au nombril. Bref, entre ses jambes puissantes et son torse musclé...

Les cours ne portent pas leurs fruits. Mes résultats au lycée ont cessé de baisser mais bon ils ne remontent pas non plus. Pourtant je ne sors plus qu’une fois par semaine et le reste du temps, j’essaie de ne me branler qu’une fois par jour...

Aujourd’hui, Alex est de mauvaise humeur. Et comme je lui annonce des résultats au bac blanc assez médiocres, je vois bien qu’il est excédé. Son regard est dur, je ne sais pas à quoi il pense mais je suis un peu désespéré de le décevoir autant. Comme je lui ai répondu une connerie à un exercice de maths que nous faisons ensemble, il se lève brusquement:

— Qu’est-ce qu’il faut faire pour que tu réfléchisses un peu? Il faut te punir comme un gamin? Lève-toi!

Et là il me pousse d’un coup sur son lit où je tombe assis. Mon tshirt s’est accroché à la poignée de la fenêtre. Je lève les mains pour le décrocher.

— Reste comme ça.

Il s’approche de moi.

— Ne bouge pas je t’ai dit!

Il défait ma ceinture et me l’enlève. Je le regarde faire, ébahi. J’ai une ceinture en toile élastique qui me permet de tenir mon jeans trop large sur les hanches. Il me saisit les mains et les attachent avec ma propre ceinture à la poignée de la fenêtre!

— Voilà, maintenant je te laisse comme ça tant que tu n’a pas trouvé la réponse à cette question du niveau 3e. Je vais pisser, réfléchis!

Raconte01.jpg Je réfléchis oui d’accord. Surtout je me demande comment j’ai fait pour en arriver là. Si ça se trouve, les étudiants qui passent au pied de la résidence universitaire peuvent me voir attaché à la fenêtre. Qu’est-ce que j’ai fait? Je me suis trop branlé cette nuit? On se pose des questions connes à 17 ans. Je me suis branlé hier soir en me couchant comme à peu près tous les soirs de la semaine (le week-end heureusement, je ne dors pas souvent seul!) et aussi tout à l’heure avant de venir. Oui ma sœur n’était pas là et je pensais qu’en me branlant avant de venir voir Alex pour mon petit cours, ça m’éviterait de bander s’il était habillé trop sport (c'est-à-dire trop sexy pour moi).

Alors que je suis perdu dans ces pensées d’adolescent, Alex est revenu. Mais voilà de penser à tout ça bien sûr ça m’a donné la trique. Et je ne suis pas très bien installé assis sur le lit les bras tendus en l’air sans pouvoir bouger. J’ai beau avoir un jeans bien trop grand pour moi, Alex s’en aperçoit. Il est d’abord très surpris. Je rougis de honte quand je vois ses yeux verts rivés entre mes jambes, ce qui a pour effet de décupler les sensations de ma queue dressée contre mon caleçon et mon jeans; autrement dit je bande encore plus!

Alex s’approche de moi rapidement. Je ferme les yeux, j’ai peur qu’il me frappe. Ses mains attrapent mon jeans et le tirent! Il emporte mon caleçon avec et me voici cul nu sur son lit! Il ne dit pas un mot, mais je vois son regard qui me parcourt. Ce n’est plus de la colère que je vois dans ses yeux mais une manière d’absorber tout ce qu’il voit tout en rayonnant un désir qui fait monter ma température.

Aujourd’hui il porte un short de surf et un tshirt qu’il enlève devant moi. C’est la première fois que je le vois torse nu. J’ai le souffle coupé. Mieux que ces américains qu’on voit sur internet. Un torse musclé, en V, des pectoraux hauts et ronds, des seins aux larges auréoles cuivrées, des abdos tracés à la charrue, ces petites vagues sur le côté... je ne sais plus où donner de la tête. Et quand il bouge tous ses muscles! Il est légèrement poilu mais ses poils blonds sont à peine visibles, ils jouent juste avec la lumière. Son nombril est à peine creusé tant son ventre est mince. Des poils semblent tomber en cascade vers le bas-ventre. C’est alors que je devine sa queue elle aussi gonflée. Son short est tendu... vers moi.

Il s’approche, pose les mains sur mes genoux puis les remonte le long de mes cuisses. Il est à genoux devant moi. Ses cheveux longs me caressent les jambes. Je peux voir son dos musclé qui se rétrécit sur ses hanches si étroites. Son short est tendu sur ses fesses bien rondes dont je devine le départ de la raie.

Je sens son souffle sur mon sexe. Sa langue se pose sur mon gland qu’elle se met à lécher. Ses lèvres se referment sur ma queue que sa bouche aspire le plus loin possible. Son nez s’enfonce dans les poils de mon pubis. Ses mains relève mes cuisses qu’elles caressent par en dessous, et pendant qu’il continue à me sucer la queue, ses doigts écartent mes fesses, s’immiscent dans ma raie et bientôt tâtent mon petit trou du cul. Ma queue disparaît dans sa bouche chaude. Attaché par les mains, je ne peux que remuer un peu les hanches pour l’accompagner.

Je sens un doigt bien gros pointer, m’ouvrir et s’enfoncer lentement dans mon cul. Voir Alex devant moi, ses muscles bandés et sentir son doigt me fouiller, c’en est trop. J’explose tout à coup au fond de sa gorge en poussant des petits gémissements. Alex lève les yeux, me regarde jouir autour de son doigt, dans sa bouche qui aspire tout sans broncher. Puis il s’écarte un peu. Ses mains sa bouche m’abandonnent. Il baisse son short pour libérer sa queue. Elle est un peu plus large que la mienne mais surtout beaucoup plus longue. Enfin avec son corps si musclé, il est difficile de se rendre compte des proportions.

Il monte sur le lit et je ne quitte pas des yeux sa bite qui s’approche de mon visage, de plus en plus grosse. Il est là devant moi, les mains sur les hanches. Il fait bouger sa queue de droite à gauche en venant me frapper le visage avec. Ses grosses couilles se balancent. Ma bouche s’ouvre, je tire la langue pour essayer de la goûter, de l’attraper. Sa bite est légèrement courbée vers le bas tant elle doit être lourde. Elle est régulière, un peu veinée, complètement décalottée. Ses poils blonds bouclés la dominent en laissant la base et les couilles bien nettes.

Il finit par me prendre la tête entre ses mains. Sa queue m’écrase le nez, ma bouche dans ses boules que je lèche avidement. Puis il recule à peine pour amener son gland sur mes lèvres. Il est humide, bien gros et chaud. Alex le pose sur ma langue, je referme ma bouche et commence à le sucer sans qu’il s’enfonce plus loin. Alex garde le contrôle. Quand il estime que je lui ai suffisamment tété le bout, il se met à s’enfoncer lentement dans ma bouche, glissant sur ma langue. Quand il arrive au fond de ma bouche, il s’arrête un instant. Sa main relève un peu ma tête en venant sous ma mâchoire pour me tâter le cou. Puis son gland continue, pénétrant dans ma gorge qui s’ouvre. Je suis immobile entre ses mains sur ma tête et sous ma gorge déformée par sa queue qui s’enfonce. Quand il est bien à fond, il remue le bassin puis remonte lentement pour commencer un va-et-vient. Chaque fois que je reprends mon souffle dans un gémissement, il replonge pour m’écraser le nez dans sa toison et ses couilles frappent mon menton.

Cette masse de muscles me fait bander à fond. Ma bite bien raide dégouline de plaisir. Les mouvements d’Alex sont de plus en plus saccadés, moins précis. Son souffle s’accélère... Non, il se retire brusquement me laissant bouche béante devant cette grosse queue dégoulinante de salive qui s’éloigne... J’ai toujours les mains attachées en l’air. Il relève mes cuisses en me tirant vers lui pour me soulever du lit et me faire asseoir sur ses cuisses musclées. Nos couilles, nos bites se frottent, mais pas pour longtemps: il continue à me remonter et ses boules caresses mes fesses, sa queue se glisse sur ma raie, son gland passe sous mes couilles.

Oh oui je sens bientôt son ogive suintante qui presse sur mon cul qui s’ouvre. Alex est impatient, il me lâche et je tombe littéralement sur sa queue, m’empalant d’un coup d’au moins 20cm. Je crie de surprise, Alex rugit de plaisir et sans attendre que je réalise s’il me fait mal ou s’il me fait du bien, il se met à me pistonner à 200 à l’heure. Mes cris ne s’arrêtent pas. Il me secoue dans tous les sens, tournant sa queue qui me défonce le cul. Il donne un coup de rein violent, rugissant, puis un autre, rugissant plus fort, puis enfin un dernier coup de sa queue de plus en plus grosse, son rugissement accompagne l’explosion de foutre brûlant dans mes entrailles qui se déchaînent et font remonter la jouissance le long de ma colonne vertébrale, libérant un long râle qui sort de ma bouche quand mes jets de sperme arrosent mon torse et ma gueule tordue d’extase.

Je ne sais pas combien de temps j’ai mis à reprendre mes esprits. Alex s’est rhabillé. Je suis nu sur le lit, souriant bêtement. Je me dis que c’est une drôle de punition...

— Alors Bruno? J’espère que tu auras une meilleure note la prochaine fois. Moins de 15, pas la peine d’espérer qu’on se touche. Si tu veux que je t’encule, il faudra au moins 18...

 

Texte paru sur Gai-eros, ecrit par Bruno7

Par masterluc65 - Publié dans : Histoires - Communauté : GAY en Vidéos .Photos. Dessins
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

Catégories

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés